x_ { Riddikulus .#

#. Accordez magie & rigolade à Pourdlard, l'illustre école de magie. *
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Karen Jones [Lonely or just... Strange?]

Aller en bas 
AuteurMessage
Karen Jones

avatar

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 28
Date d'inscription : 21/06/2008

.{ MYSELF. *
.FRIENDSHIPS.:
.MY CHARACTER.:

MessageSujet: Karen Jones [Lonely or just... Strange?]   Sam 21 Juin - 18:56

I- Identity Card

Nom : Jones


Prénom :Karen

Age : 17 ans

Année : 7ème année



II- Tell me more

Caractère : (8 lignes minimum)
Karen a toujours été mise de côté et, du coup, elle a une vision des choses assez… différentes. Là où tous verront quelqu’un de magnifiquement génial et populaire qu’il faut à tout prix fréquenter, elle ne verra qu’un ambitieux de plus qui s’attirera les faveurs de tous pour tenter de conquérir le monde (ou presque XD). Elle rit (intérieurement) de la popularité comme quelqu’un rirait d’une bonne blague. D’ailleurs, qu’est-ce que la popularité ? Plaire à des gens qui ne savent rien de vous et tenter de connaître le plus de gens possible ? Non merci. Karen a toujours été une jeune femme solitaire, pas vraiment par choix, mais finalement cela lui convient bien. Elle a souvent la tête ailleurs, dans son monde de rêveries et préfère de courtes paroles allant droit au but à de longs discours insipides servant à meubler le silence. Depuis toute petite, elle s’est rendue compte que ses seuls amis ne pouvaient être que des objets tels que les livres ou les cahiers à remplir. Karen meuble donc souvent sa solitude par les études et il faut dire qu’elle a plutôt bien réussi, puisqu’elle a été répartie à Serdaigle. Ce qui est, il faut l’avouer, sa plus grande fierté et sa façon de se prouver qu’elle est réellement bonne à quelque chose, qu’elle n’est finalement pas une bonne à rien comme sa mère le lui disait souvent.

Sa relation plutôt… « conflictuelle » avec ses parents et son absence d’amis dans son enfance l’ont rendue très lucide à propos des autres mais aussi étranges aux yeux de tous. Karen est donc la personne à éviter, la fille que beaucoup regardent presque avec dégoût. Elle n’a jamais tenté de détromper qui que ce soit ; elle préfère éviter les problèmes et laisser les rumeurs se créer autour d’elle puis disparaître. Karen est quelqu’un de très calme et peu de gens sont capables de l’énerver réellement, ce qui peut la faire passer pour une personne faible et sans caractère. Seulement ce n’est pas le cas… Car lorsque Karen s’énerve vraiment, elle ne se tait plus, disant (voire hurlant) ses quatre vérités à son interlocuteur, puis se défoulant sur une feuille en papier. Givrée peut-être, mais sûrement pas violente !

Physique : (5 lignes minimum)
Karen dégage une aura de rêverie et, comme elle est la fille bizarre ; la givrée ou la Zarb de l’école, personne ne s’arrête pour l’observer réellement. Mais ceux qui osent la regarder (sans peur d’être touchés par la maladie de l’impopularité), verront que c’est une jeune femme plutôt mignonne au sourire mélancolique. Ses cheveux brun foncé coupés à hauteur des épaules sont souvent retenus en chignon par un crayon, qu’elle utilise lorsqu’elle a oublié de prendre sa plume avec elle.

Si quelqu’un la connaissait bien, il saurait que c’est par ses yeux bruns, parfois teintés de nuances vertes, que l’on peut savoir si elle ment ou pas, si elle est triste, heureuse, dégoûtée ou juste indifférente à ce qu’il se passe autour d’elle. Quant à ses préférences vestimentaires, elle n’en a pas. Elle n’allie pas le confortable au « sexy », elle préfère garder tout simplement ce qui est confortable et lui semble joli à porter, son but n’étant pas de devenir Miss Univers. Sa peau est assez claire, contrastant avec ses cheveux sombres, et vire facilement au rouge quand elle passe beaucoup de temps au soleil ou qu’elle est énervée.

Histoire : (15 lignes minimum)


12 Mai 2014. Le temps est bon, pour un matin de Printemps… Nous sommes en bord de mer, dans une jolie petite maison aux murs jaune pâle, éloignée du village par sa hauteur. À l’étage, une femme approchant de la trentaine accouche sous l’œil vigilant de la sage femme et des médecins. Ce bébé, elle n’en a jamais voulu… Elle a d’ailleurs tout fait pour ne pas l’avoir. Elle a dévalé les escaliers, a chuté, elle a bu de l’alcool et ingurgité une dose de médicaments aptes à assommer un cheval… Mais rien de tout cela n’a servi : elle était en train d’accoucher d’un bébé qui, il le semblait bien, avait décidé de gâcher sa vie à elle (puisqu’elle s’était blessée à plusieurs reprises) et de rester en vie par tous les moyens possibles. Et puis il y avait tous ces gens autour d’elle… elle avait toujours détesté les gens. Vivre loin du monde, voilà son rêve. Soudain, la sage-femme lui tendit une sorte de poupée vivante minuscule mais qui, sûrement pour compenser sa petite taille, braillait à en percer les tympans. Un peu sous le choc, la mère prit le bébé dans ses bras et se força à sourire, se disant que si elle voulait qu’ils s’en aillent, il lui faudrait bien tenter de montrer un peu d’affection pour le parasite pour sa fille.


Au début, tout se passait bien. La mère de Karen s’occupait d’elle un minimum, elle la nourrissait, se forçait à l’accepter… Mais la petite apparaissait à ses yeux comme une étrangère qui n’avait rien à faire dans son foyer. Et à ses cinq ans, elle se mit à devenir pour le moins étrange. Sa mère la vit une fois parler seule dans sa chambre. Normal pour une fillette de se créer des amis imaginaires ? Sûrement pas pour sa mère qui avait vu son propre père partir chez les fous à cause de cela. Elle devint folle de rage, mais refusa d’en parler au mari. Karen fut rapidement punie, mais comme elle continuait à insister sur la présence d’un « gentil bonhomme aux grandes oreilles », la première gifle arriva, puis la deuxième… Personne ne parla de cet incident au père qui ne se doutait de rien. Les jours qui suivirent, Karen fut simplement privée de sortie et de télévision. Mais elle s’en fichait : elle voyait toujours son ami bizarre qui était invisible aux yeux de sa mère tout simplement parce qu’il ne l’aimait pas.


Voyant qu’elle continuait de parler aux murs de sa chambre, la mère entra en furie et se mit à battre sa propre fille, toutes ses haines de grossesse revenant à la surface. Karen payait maintenant pour tout : la mort du grand père à l’asile ; les « voix » qu’elle entendait ; le fait qu’elle n’aurait jamais dû venir au monde… Folle de rage, la mère continuait ses coups et Karen en aurait pris jusqu’au soir si, comme par magie, le bras de sa mère ne s’était pas arrêté en plein air. La petite fille s’enfuit de la maison, affolée par les coups qu’elle avait reçus et par la vision de sa mère stoppée en plein mouvement. La police locale fut appelée, et ils retrouvèrent Karen qui rodait près de la forêt. Bien évidemment, personne ne la crut quand elle avoua qu’elle s’était faite frappée, mais que le lutin magique lui avait sauvé la vie. Profondément vexée, elle décida de ne rien dire d’autre aux autorités, plus jamais, puisque personne ne la croyait et que son père, rapidement mis au courant de la situation, ne la défendait même pas.


Sa mère se mit en devoir de s’occuper de son éducation et de chasser les « mauvais esprits » qui étaient entrés dans la maison et influençaient sa pauvre fille. Karen devait, en plus d’aller à l’école, s’occuper du repas, nettoyer et faire ses devoirs. Pas difficile ? Non… Seulement elle était petite, distraite et maladroite (quoique… elle l’est toujours !) et cassait facilement un objet ou se brûlait, et était donc punie en conséquence. Si on lui demandait ce qui lui était arrivé, elle répondait qu’elle était tombée, ou qu’elle s’était brûlée en regardant sa mère cuisiner un gâteau. Personne ne se douta jamais de rien et le cercle vicieux des coups et des punitions continua, agrémenté par certains incidents magiques qui finirent par rendre la mère encore plus folle qu’elle ne l’était déjà.


Seulement, en novembre 2024, la mère tomba malade. Comme ils habitaient loin du village, ils durent appeler le médecin qui arriva dans l’après-midi, afin d’ausculter la patiente qui ne devait finalement avoir qu’une mauvaise grippe. Alors qu’il allait repartir, après avoir prescrit des médicaments, il entendit des pleurs, semblant venir de l’autre côté du mur, d’une chambre qui avait été fermée durant toute sa visite. Comme la mère était alitée et qu’il n’y avait plus que lui dans la maison, il ouvrit délicatement la porte. Une fillette était assise contre le mur de la chambre, elle ne devait avoir qu’une dizaine d’années. La chambre était meublée le plus simplement possible, il n’y avait qu’un lit, une armoire et un bureau. Aucun jouet, aucune poupée… Le médecin s’accroupit.


-Hey… Ca va ?
-…
-C’est ta chambre ?


La fillette acquiesça.


-Et tu t’appelles comment ?
-Ka… Karen.


Elle avait relevé la tête et le regardait avec de grands yeux bruns tout mouillés. Le médecin grimaça lorsqu’il remarqua le magnifique bleu qu’elle arborait à quelques centimètres de son œil. S’était-elle fait frapper ? Et par qui ? Alors qu’il s’apprêtait à dire quelque chose, il se tut, le regard attiré par d’autres bleus, par d’autres blessures qui se voyaient bien, puisque sa peau était claire.


-Qui t’a fait ça ?
-Personne.
-Tu t’es fait mal toute seule ?
-… N… Oui.
-Karen… Je suis là pour t’aider… Mais tu dois me dire la vérité.
- La vérité, vous ne voulez pas l’entendre et surtout pas la croire. Ils m’ont jamais crue les policiers quand je leur ai dit la vérité.
-Moi je te croirai. Qui t’a frappée ?
-Ma mère.


La visite de ce médecin ce jour-là changea sa vie. Elle fut placée dans une famille d’accueil, en attendant que la situation ne se règle. Sa mère fut placée dans un hôpital psychiatrique et son père, qui n’avait jamais parlé des agissements de sa femme, fut sévèrement puni, puis finalement, il put emménager avec sa fille à Londres. À la maison, elle ne parlait plus à son père, elle s’enfermait dans sa chambre et lisait le plus qu’elle pouvait, que ce soient des romans d’aventures ou bien des livres de cours… La lecture était son remède, elle lui permettait de partir, de voyager et de tenter d’oublier.


En juillet, alors qu’elle lisait tranquillement dans sa chambre, quelque chose vint heurter sa fenêtre : c’était un hibou qui transportait une lettre à son nom. Elle l’ouvrit, la lu et fut partagée entre un sentiment de joie intense et celui d’avoir été trahie, car elle n’avait jamais eu connaissance d’un monde fait de magie ; son monde. Son père était un sorcier, mais il avait toujours espéré que cela ne s’apprenne jamais. Ils durent donc partir ensemble au chemin de Traverse et, tandis que son père achetait une chouette pour sa fille, celle-ci se promena de part et d’autre de l’allée, pour enfin finir dans la boutique de baguettes magiques. Elle ne devait pas avoir l’air très futée, avec son sac trop grand pour elle, ses cheveux décoiffés et son regard qui, bien qu’il enregistrât tout ce qu’elle voyait, semblait presque absent. Mais elle était heureuse, pour la première fois, et elle découvrait un monde totalement différent qui fourmillait à l’intérieur de Londres.


« Mettez-vous en rang et suivez-moi. »

Et voilà… Karen était enfin arrivée à Poudlard. Et tout y était exactement comme dans les livres : grandiose. Elle ne le montrait pas, mais elle avait tout de même un peu peur… Où serait-elle répartie ? Elle ne pensait avoir aucune des qualités requises pour ne serait-ce qu’une seule des maisons…



-Jones, Karen.

Elle s’avança d’un air détaché, le regard fixé sur le tabouret et s’y assis, mettant le Choixpeau magique. Il lui couvrit les yeux, et réfléchit un certain temps. Où pourrait-elle bien aller ? Et puis… Ce Choixpeau était-il vraiment fiable ? Et s’il se trompait, que ferait-elle ? Saurait-elle se montrer digne de sa maison ? Son père était apparemment allé à Poufsouffle, il le lui avait dit… Comme si elle avait voulu le savoir ! Ce serait donc n'importe quelle maison sauf Poufsouffle, cela aurait trop fait plaisir à son père. Soudainement, le Choixpeau cria, la faisant sursauter :

-Serdaigle !



Affinités :
Aileen, qui a été l’une des seules personnes à lui avoir adressé la parole (cette initiative l’a d’ailleurs beaucoup surprise) mais toutes deux s’entendent plutôt bien.

De plus, Benjamin Tucker se fait une joie à s’acharner contre elle et il est le seul à qui elle répond, car c’est le seul qui parvient à l’énerver.

Avatar : Anne Hathaway



III- What about you ?

Prénom/Pseudo : Myriam // Akata (entre autres)
Comment as-tu connu le forum ? : par de la pub (je ne saurais pas dire ou :S
Code règlement :
OKAY 8D


Dernière édition par Karen Jones le Sam 28 Juin - 23:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aileen Payton
x . I'M NOT WHO I SEEM TO BE. *
avatar

Féminin Nombre de messages : 115
Age : 25
Date d'inscription : 25/05/2008

.{ MYSELF. *
.FRIENDSHIPS.:
.MY CHARACTER.:

MessageSujet: Re: Karen Jones [Lonely or just... Strange?]   Sam 21 Juin - 19:56

Bienvenue =D
Je te laisse finir ton histoire Wink

Karen est un de mes personnage préféré «3

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leah Jenkins
SENSUAL &&'SEXY
avatar

Féminin Nombre de messages : 73
Age : 25
SENTENCE ? : I f*ck*ng the rumors !
Date d'inscription : 14/06/2008

.{ MYSELF. *
.FRIENDSHIPS.:
.MY CHARACTER.:

MessageSujet: Re: Karen Jones [Lonely or just... Strange?]   Dim 22 Juin - 19:04

Bienvenue miss ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Karen Jones

avatar

Féminin Nombre de messages : 15
Age : 28
Date d'inscription : 21/06/2008

.{ MYSELF. *
.FRIENDSHIPS.:
.MY CHARACTER.:

MessageSujet: Re: Karen Jones [Lonely or just... Strange?]   Lun 23 Juin - 23:08

voilà, c'est finiiiiii ! Idea

Merci beaucoup! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aileen Payton
x . I'M NOT WHO I SEEM TO BE. *
avatar

Féminin Nombre de messages : 115
Age : 25
Date d'inscription : 25/05/2008

.{ MYSELF. *
.FRIENDSHIPS.:
.MY CHARACTER.:

MessageSujet: Re: Karen Jones [Lonely or just... Strange?]   Lun 23 Juin - 23:15

Dans ce cas, validée & bon Rp :p

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Karen Jones [Lonely or just... Strange?]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Karen Jones [Lonely or just... Strange?]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» Mercedes Jones - Say I am Wonderful !
» Kathleen Jones
» Né en 17 à Leidenstadt de Fredericks, Goldman, Jones...
» 07. Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
x_ { Riddikulus .# :: x_ { ADMINISTRATION - #. {La première chose à voir ! * :: x_ .LES REGISTRES. {Haut les mains, peau de Lapin ! * :: .IT'S ALL RIGHT.-
Sauter vers: